Innovations et Technologies

6 technologies indispensables à la Smart City

6 décembre 2018

Avec des villes de plus en plus peuplées, il devient primordial de savoir préserver et optimiser nos ressources en misant sur une meilleure organisation. La Smart City, ou ville intelligente, consiste précisément à optimiser les coûts pour garantir un meilleur bien-être aux habitants de la ville. En la matière, les villes d’Asie sont sans aucun doute les pionnières. Depuis les années 80, Singapour fait figure de leader avec des technologies ultra avancées comme ses arbres artificiels hauts de 50 mètres équipés de modérateurs de température.

Les smart cities reposent sur le principe d’interconnexion des données et sont hautement dépendantes de la technologie. Les croisements des différentes technologies d’interconnexion sont la clé pour transformer nos villes traditionnelles en smart cities durables et efficaces, où l’information n’est pas seulement disponible, mais également simple à trouver et à exploiter. Voici 6 classes de technologies indispensables à la Smart City auxquelles nous devons continuer à former toujours plus de talents pour avoir une chance de voir nos projets de Smart Cities aboutir et se multiplier.

 

Les technologies d’information et de communication

Il est indispensable de pouvoir s’appuyer sur un axe de communication à deux sens pour créer une ville intelligente. Les technologies de l’information et de la communication construisent un pont entre les citoyens et le gouvernement de sorte à ce que les citoyens puissent communiquer avec le gouvernement et que celui-ci puisse construire une ville selon les souhaits de la volonté générale. Ces technologies aident les gouvernements à analyser la structure de la demande pour créer un pool de ressources et être en mesure d’adresser ces demandes. La communication permet donc à la communauté de créer une intelligence collective pouvant être déployée pour l’optimisation des ressources.

 

Internet of Things (IoT)

L’IoT est à la base de la structure d’une ville intelligente pour interconnecter tous les dispositifs entre eux. Chaque appareil faisant partie d’une smart city requiert d’être connecté à tous les autres afin de permettre une communication permanente pour pouvoir prendre des décisions sans intervention humaine, et garantir ainsi la gestion des ressources de la population d’une métropole. L’IoT fournit ici un modèle parfait pour permettre la communication des appareils entre eux et fournir des solutions intelligentes aux problèmes quotidiens d’une ville. Toutes les solutions de smart cities sont basées sur de l’IoT pour garantir aussi bien l’interconnexion des appareils que la capacité à décider d’une action.

 

Les capteurs

Bien que dissimulés, les capteurs sont des composants omniprésents dans le paysage urbain. Ces derniers sont par ailleurs cruciaux dans n’importe quel système de contrôle intelligent. Un process s’améliore avant tout sur la base de son environnement. Afin qu’un système de contrôle ait une conscience optimale de son environnement, celui-ci doit donc pouvoir s’appuyer sur un réseau de capteurs développé pour collecter ainsi toujours plus de données. Les capteurs utilisent ensuite les variables adaptées pour caractériser leur environnement et ajuster leurs opérations en fonction des informations analysées. La disponibilité d’une multitude de différents capteurs et d’une technologie en constante évolution permet de développer des applications qui, il n’y a de cela que quelques années encore, auraient été impensables.

Les capteurs permettent de convertir les paramètres physiques en signaux électroniques pour les rendre interprétables aussi bien par les humains que par des systèmes autonomes : lumière, pression, température, humidité, moisissure, et de nombreux autres paramètres peuvent désormais être mesurés par nos capteurs pour nous permettre d’avoir une meilleure connaissance de nos environnements et adapter chaque décision en fonction des différents signaux.

 

Les technologies géospatiales

Quoique l’on construise dans une smart city, nous devons nous assurer que nous le construisons correctement. Pour construire un plan soutenable, il est indispensable de pouvoir s’appuyer sur des données précises et détaillées. C’est là qu’interviennent les technologies géospatiales, sur lesquelles nous devons nous appuyer afin de connaître les contraintes environnementales avant de construire différentes solutions. Ces technologies nous permettent de déterminer pour chaque localisation les différents besoins et contraintes géographiques pour savoir pour quelle solution il est le plus judicieux d’opter. La technologie géospatiale nous fournit donc un cadre essentiel pour collecter des données et élaborer des solutions logicielles pour une infrastructure intelligente.

 

L’intelligence artificielle (IA)

Les smart cities participent à une révolution digitale générant une quantité phénoménale de données. Mais ces données sont inutiles à moins de pouvoir être correctement gérées pour nous permettre d’en extraire des informations. La quantité massive de données nécessite l’utilisation de l’intelligence artificielle pour permettre des interactions machine-to-machine. L’AI permet par exemple de déterminer dans quelles situations les hausses de consommations énergétiques se produisent afin d’améliorer la gestion d’un réseau de distribution. Elle joue également un rôle dans la régulation intelligente du trafic.

 

La Blockchain

Si les cas d’usage de la blockchain sont plus récents que ceux des technologies précédemment évoquées, elle n’en n’est pas moins utile dans le contexte de la smart city. La Blockchain permet de sécuriser et tracer un flux de données, et peut considérablement améliorer la traçabilité, la transparence et la sécurité des données d’une smart city.

Dans l’élaboration de smart grids, la blockchain permet d’éliminer le recours à un prestataire en proposant un réseau décentralisé en peer-to-peer, et de limiter ainsi considérablement les coûts. Les smart grids basées sur blockchain permettront de faciliter considérablement la redistribution d’énergie, à la fois grâce à la décentralisation du réseau, qui permet d’éviter le paiement d’un prestataire tiers, mais également grâce aux contrats intelligents, qui permettent d’automatiser des transactions dans certaines conditions préalablement paramétrées dans le code.

A Brooklyn, Lo3 Energy et ConsenSys ont déjà mis en place, en s’appuyant sur la blockchain Ethereum et les compteurs intelligents des habitants, un système où chacun peut choisir d’acheter ou de vendre de l’électricité à son voisin. Grâce au smart contracts, un système automatisé permet également de déclencher, sans aucune intervention humaine, un achat entre un voisin ayant besoin d’électricité et un autre en produisant en surplus.

 

En France, la smart city n’en n’est qu’à ses balbutiements, mais la ville de Lyon semble d’ores et déjà s’être positionnée comme la championne en la matière. Au total, 25 communes de France développent des services intelligents, 14 d’entre elles ayant moins de 250 000 habitants. Les grosses métropoles n’ont donc pas le monopole de la smart city, qui tend à se développer lentement mais sûrement dans le pays.

L'auteur Julien Broue

Co-Founder

Julien Broue
Postuler à l'annonce Postuler à toutes les annonces Ingénieur système linux orienté web
ou
Remplissez le formulaire
C'est tout bon

On vous recontact au plus vite !
En attendant, vous pouvez toujours consulter nos autres jobs !

rotate screen

Retourner votre tablette pour une meilleure navigation