Recrutement et Carrières

Comment réussir son entretien technique ?

1 octobre 2018

Que l’on soit développeur, intégrateur, data scientist ou administrateur Linux, chaque recrutement comporte en principe un entretien technique qui sera décisif pour la suite des événements. L’entretien technique peut créer des angoisses pour les candidats les moins habitués, comme les juniors ou les salariés ayant fait partie de la même entreprise pendant de nombreuses années. Pour autant, celui-ci n’est pas insurmontable en tant que tel et vous pourrez tout à fait impressionner votre interlocuteur si vous évitez certains écueils. Faisons ensemble un tour d’horizon des différentes choses à savoir pour être correctement préparé le jour J.

 

Les stacks techniques de votre CV

 

De trop technos tuent la techno !

 

Rappelez-vous que votre interlocuteur ne vous a jamais vu travailler et qu’au départ, sa seule base d’évaluation est votre CV. Il observera les stacks techniques utilisées que vous aurez listées pour chaque mission, et celles que vous aurez peut-être rajoutées en résumé, et partira du principe que vous êtes compétent sur ces technos.

 

La première erreur assez fréquente chez les candidats est d’en faire trop, et de lister absolument toutes les technologies utilisées pour chaque mission, même celle que l’on n’aura fait que toucher du bout du doigt. Si votre interlocuteur souhaite vous poser des questions précises dessus, vous trahirez rapidement vos lacunes et risquez de créer une première déception, ce qu’il est préférable d’éviter.

 

Pour ne pas en arriver là, il est donc sage de lister essentiellement des technos que vous avez réellement utilisées, ou alors de mettre précisément en évidence sur votre CV votre niveau pour chaque techno. Pour cela, certains candidats utilisent des jauges de compétences, ce qui a le mérite d’être très visuel et donne immédiatement à votre interlocuteur une idée des technos que vous maîtrisez.

 

Un CV vide = un entretien à l’aveugle

 

S’il est préférable de ne pas en faire trop, sachez que lorsqu’on en fait trop peu, cela peut également irriter un interlocuteur technique qui devra vous poser beaucoup plus de questions au démarrage afin de cerner pleinement votre parcours.

Si vous êtes développeur Java EE, ne vous contentez pas de mettre « Java » en compétences, mais tâchez de bien indiquer les différents frameworks avez lesquels vous avez eu l’habitude de travailler. Vous devez trouver un bon équilibre entre la frime inutile et le CV vide, qui n’envoie pas forcément non plus un signal positif.

 

Répondez honnêtement en début d’entretien

 

Lorsque l’interlocuteur parcourt votre CV, celui-ci pourra vous demander de vous évaluer de 1 à 10 sur une techno. Il est fortement déconseillé de s’évaluer à 10/10, à moins d’être un véritable expert. Même en étant expert, il est plutôt conseillé de ne pas dépasser 7/10 lorsque l’on s’auto-évalue.

 

Rappelez-vous que votre interlocuteur a des chances d’être votre futur responsable et est souvent sensé en savoir plus que vous sur les technos pour lesquelles il vous évalue. A priori, s’il veut vous coller, il y arrivera. Inutile donc de frimer plus que nécessaire et de vous faire clouer le bec dès la première question qu’il vous posera ! A l’inverse, si vous vous évaluez avec justesse et répondez avec brillo aux questions posées, vous surprendrez agréablement votre interlocuteur.

 

Si l’on vous demande si vous avez déjà utilisé une techno à laquelle vous n’avez jamais touché, soyez franc, et dîtes le tout net. Vous pouvez toujours tourner la situation à votre avantage en précisant que même si vous ne l’avez jamais utilisé, vous faîtes de la veille dessus en lisant quelques articles sur le sujet de temps en temps. L’échange s’arrêtera là et le responsable technique passera à la suite.

 

Que répondre lorsque l’on ne sait pas ?

 

Vous ne pouvez pas tout savoir, et votre interlocuteur le sait ! Alors, que répondre quand on ne sait pas sans trop se dégonfler ? Tout d’abord, n’essayez pas de l’improviser en essayant de répondre au pif, vous ne ferez que vous décrédibiliser. Si vous ne savez, pas, dîtes-le franchement, et surtout, n’en n’ayez pas l’air désolé.

Tournez chaque lacune à votre avantage en faisant preuve d’humilité et d’intérêt pour votre métier. Si on vous pose une colle sur une techno que vous connaissez, vous pouvez par exemple répondre que vous ne savez pas, mais que vous avez hâte de connaître la réponse. Cherchez à créer un échange entre deux passionnés plutôt qu’un interrogatoire à sens unique.

 

Tests de programmation : préparez-vous !

Il n’est pas rare qu’un test de programmation soit demandé aux développeurs avant un entretien. Si cela est votre cas, pensez à réviser un peu votre algorithmie pour être fin prêt. La suite ne dépendra que de vous… et de votre réel niveau !

L'auteur Julien Broue

Co-Founder

Julien Broue
Postuler à l'annonce Postuler à toutes les annonces Ingénieur système linux orienté web
ou
Remplissez le formulaire
C'est tout bon

On vous recontact au plus vite !
En attendant, vous pouvez toujours consulter nos autres jobs !

rotate screen

Retourner votre tablette pour une meilleure navigation