Recrutement et Carrières

Développeur blockchain : un métier récent

20 mars 2019

Ces dernières années ont vu naître de nombreux nouveaux métiers dans l’IoT, la data science, l’intelligence artificielle, ou encore la réalité virtuelle et augmentée. Mais les blockchains font également partie des technologies où la demande de profils s’est considérablement accrue en un temps record. Le métier de développeur blockchain devient une vocation à part entière et de plus en plus de formations voient le jour pour faire face à la demande des entreprises.

 

Une demande croissante de développeurs blockchain

Plusieurs rapports font état de la rapidité avec laquelle la demande mondiale de compétences en blockchain a augmenté ces dernières années. Le rapport 2018 « US Emerging Jobs » de LinkedIn est particulièrement marquant, et note une multiplication du nombre de développeurs par 33 entre 2014 et 2018. Aux Etats-Unis, les entreprises recrutant le plus ce type de profils sont IBM, ConsenSys et Chainvard, entre autres.

Le site de recrutement en ligne Hired a également publié son propre rapport de 2019 intitulé « The State of Software Engineers ». La plateforme note quant à elle une augmentation de la demande mondiale d’ingénieurs blockchain de 517% en un an. Les compétences en développement blockchain figurent parmi les plus demandées presque partout dans le monde, avec les compétences en cybersécurité.

Dans les grandes entreprises, l’heure est principalement à la prise de conscience du potentiel technologique des registres distribués et à la recherche de cas d’usage. La plupart des développeurs travaillent donc sur des POC. Les start-ups, à l’inverse, cherchent à s’entourer de développeurs pour mener à bien des projets précis avec un business model déjà bien en place : en France, cela est par exemple le cas de iExec (cloud décentralisé), Daneel (assistant intelligent), Keeex (certification de documents), ou encore DomRaider (ventes aux enchères de noms de domaine).

 

Des salaires plus élevés que la moyenne des développeurs

Qui dit tension entre offre et demande dit tirage des salaires à la hausse : les développeurs blockchains font partie des mieux payés au monde. Aux USA, la rémunération moyenne varie entre 150 000 et 175 000 dollars à l’année, et reste très difficilement comparable aux salaires français tant le coût de la vie diffère entre les deux pays.

Les développeurs blockchain touchent 58 000 euros par an en moyenne à Paris. A l’échelle du pays, cette moyenne tombe à 52 000 euros annuels pour tenir compte des salaires plus faibles en province. Les développeurs blockchain restent très bien payés, et dépassent de peu les ingénieurs machine learning (56 000 euros annuels à Paris) et data engineers (54 000 euros annuels à Paris).

Ces salaires ne tiennent pas compte des TJM des développeurs blockchain indépendants, et se concentrent sur des profils de salariés en CDI. La demande d’indépendants croit cependant également, bien qu’il soit à l’heure actuelle plus difficile de déterminer un TJM moyen : les entreprises s’appuient pour l’instant sur leur réseau pour trouver de bons freelances et les offres sur plateformes concernent pour l’instant principalement des postes en CDI, si bien qu’il est difficile de collecter suffisamment de données pour parler d’un TJM moyen de développeur blockchain indépendant.

 

Comment devenir développeur blockchain ?

De plus en plus d’écoles d’ingénieurs intègrent des cours sur la blockchain, en insistant tout particulièrement sur le développement de smart contracts Ethereum, qui est à l’heure actuelle l’un de ceux sur lesquels la demande évoluent le plus rapidement (à l’exception d’IBM, qui reste principalement focalisée sur la mise en place de blockchains permissionnées avec Hyperledger Fabric). C’est par exemple le cas de l’école d’ingénieur Paris La Défense ESILV, l’une des plus avancées en la matière, qui dispense des cours sur le sujet depuis déjà trois ans.

Mais de plus en plus de formations professionnelles voient également le jour pour former les salariés d’entreprise à une reconversion vers le développement blockchain. Les salariés ont donc la possibilité d’obtenir de leur entreprise une formation spécialement axée sur des compétences blockchain. Assez onéreuses (comptez généralement 1000 euros HT la journée), elles sont cependant parfois prises en charge par les OPCA : c’est par exemple le cas de la formation Ethereum BitConseil. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à souhaiter former leurs salariés au développement et à l’architecture blockchain, les salariés souhaitant se lancer ont donc toutes leurs chances d’obtenir ce type de formation auprès de leur employeur.

Devenir développeur blockchain requiert une première base de connaissances en HTML et JavaScript. Des compétences en React sont généralement un plus pour apprendre le développement de smart contracts Ethereum. Les plus débrouillards pourront parfaitement se contenter d’une formation en e-learning comme la nouvelle formation de Jonathan Serra, lancée en partenariat avec le Journal du Coin. La formation a l’avantage d’être en français (l’immense majorité des formations vidéos étant en anglais) et de permettre ainsi de se concentrer sur le fond sans être gênés par la barrière de la langue.

 

Intéressé par un poste de développeur blockchain ? Déposez votre CV, on se charge du reste pour vous dénicher LA mission pour vous !

 

L'auteur Florian Grandvallet

Co-Founder

Florian Grandvallet
Postuler à l'annonce Postuler à toutes les annonces Ingénieur système linux orienté web
ou
Remplissez le formulaire
C'est tout bon

On vous recontact au plus vite !
En attendant, vous pouvez toujours consulter nos autres jobs !

rotate screen

Retourner votre tablette pour une meilleure navigation